Ici l’onde.

Le week end qui vient de s’écouler m’a offert l’occasion de découvrir et d’observer un fait de mémoire que je ne soupçonnais pas à 20 minutes de là où j’ai grandi, à un quart d’heure du centre de la mémoire d’Oradour.

Nieul, commune voisine de l’aéroport de Bellegarde, à une quinzaine de kilomètres au nord ouest de Limoges, compte depuis 80 ans dans son paysage un bâtiment arts déco, qui valut le prix de Rome à son architecte. L’émetteur de Nieul fût le dernier construit et le seul restant du plan Ferrié, plan stratégique de déploiement de la radiodiffusion sur le territoire français dans les années 30.

Pour faire simple sur le plan technique : pour diffuser une émission de radio dans l’espace, il faut que l’émetteur d’origine, ici la tour eiffel, soit relayé par d’autres émetteurs recevant son signal et lui redonnant de la puissance. Voyez ça avec Fred et Jamy.

C’est le rôle de cet émetteur. Le plan Ferrié, du nom de l’officier qui dirigea dès le début du XXe siècle les recherches militaires sur la radiodiffusion, consistait en un maillage du territoire permettant de transmettre les informations en temps réel sur tout le territoire.

Avec un petit pincement, on peut imaginer que cet émetteur a retransmis des discours historiques.

Georges VI

Winston Churchill

Pétain

De Gaulle

Mais cet émetteur ne fut pas que vecteur d’émissions historiques. Il fût aussi lieu d’histoire. Naturellement, pendant la période de l’occupation, il a servi à la diffusion des messages de Radio Paris et fut mis à contribution par la propagande nazie.

À la libération, l’équipe technique de l’émetteur, en lien avec la Résistance réussit à mettre en échec le projet de destruction de l’émetteur par l’armée allemande. Les accès sont restreints par des arbres abattus sur les routes, les portes barricadées et les pièces les plus sensibles mises en lieu sûr. Le 22 août 1944, lendemain de la libération de Limoges, l’émetteur se remit à diffuser sur le quart sud-ouest. Avec 5 millions de postes radios en France, ce média est le principal vecteur d’informations. En ce temps là, les ministres n’allaient pas chez Hanouna.

Cet émetteur a fonctionné jusqu’au début des années 2000, avant d’être abandonné. Depuis, propriété de la communauté de communes, il ne fait plus que le bonheur des explorateurs urbains et les cheveux blancs des élus qui ne savent que faire de cet espace de 5000 m2.

Depuis 2 ans, l’association ONDES LIBRES tente de mettre en place dans ces locaux un musée de la Radiodiffusion, avec les clubs radio-amateurs des environs. Une façon de mettre en valeur et de redonner vie à un patrimoine architectural, industriel, technologique et historique.

Publié par

Martial Roche

Petit, je voulais être photographe. On m'a dit de faire des études, je suis devenu JRI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s