Être partout

Alors que j’ai posé mes bagages en terre corrézienne pour travailler au calme, je continue de découvrir des fragments de mémoire.
Dans la commune d’Allassac que j’arpente depuis ma plus tendre enfance, je n’ai découvert qu’aujourd’hui l’existence d’un héros local.
Il y a dans le bourg, à quelques kilomètres de Brive la Gaillarde, une rue que j’ai emprunté mille fois sans me demander son nom. Aujourd’hui seulement, mon regard s’est posé sur la plaque et j’ai découvert le personnage de Jean Cariven.
Ce sous-lieutenant FTPF de 31 ans, habitant d’Allassac a trouvé la mort pendant la libération de Brive. Le 15 août 1944, les FFI livrent des combats pour prendre le contrôle des blockhaus installés sur les ponts qui enjambent la Corrèze. Le lendemain, dans Brive libéré, le jeune homme trouve la mort en se jetant sur une grenade pour protéger les gens alentours.

Une stèle au pont Cardinal marque le lieu de son décès.

Et donc une rue de sa ville porte son nom.
Je constate aujourd’hui que je crois n’avoir jusqu’alors jamais entendu parler de lui.
Il semblerait néanmoins que son souvenir soit entretenu depuis les années 50.
Pour en savoir plus : http://www.anacr-objat.fr/jean-cariven-16-aout-1944/

Soutenez le projet !

Publié par

Martial Roche

Petit, je voulais être photographe. On m'a dit de faire des études, je suis devenu JRI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s