L’IMMUABLE

Il y a des choses qui ne changent pas. Comme des rochers dans les embruns, des roseaux dans le vent, résistants à l’injure du temps, contrairement aux bras que l’Espagne admire.

Il en est ainsi de l’écriture du corps médical. Je n’évoque pas là le contenu. Le savoir évolue, les prescriptions changent.

Ceci n’est pas une tentative d’introduction de débat sur Didier Raoult et la chloroquine, même si ça faisait du bien à la fréquentation de ce site – mais plus en quantité qu’en qualité.

Ceci est un constat effectué sur une source brute, après un passage ce jour aux archives, voyez vous-même…

En 1942, le Docteur Brugère de Pierre-Buffière voit une patiente, réfugiée du département du Bas-Rhin. Il indique des dispositions relatives à son état de santé.

Eh bien en 1942 comme aujourd’hui, le manuscrit d’un médecin est toujours illisible d’un profane. Je gage qu’il en sera de même en 2022 et en 2042.

L’immuabilité, c’est ça.

« Ô temps, suspends ton vol. »

1 réflexion au sujet de « L’IMMUABLE »

  1. Aaaahaaa …..trop excellent ce constat immuable !!
    La caste médicale et son écriture illuminati jalousement perpétrée dans le temps… barrière impénétrable pour le bouseux afin de lui enlever toute velléité d’un début de compréhension.
    Où est-il ou elle, le gars ou la fille qui va inventer un logiciel pour décrypter ces hiéroglyphes médicaux? Après tout Champollion a bien fait tomber les petits secrets de Ptolémée V puis Cléopâtre puis Ramsès puis ++
    😂😂😂😂

    Répondre

Laisser un commentaire

fr_FRFrançais
en_GBEnglish (UK) fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :