Autre temps, autres lieux.

En faisant le tour des archives, hasard des serveurs sur les internet, je suis retombé sur un article vieux de près de huit ans et distant de plus de 11440 kilomètres, écrit sur un vieux blog où je n’avais plus mis les pieds moi-même depuis bien longtemps. Le 24 mars 2012 me trouvait en Argentine, dans la ville provinciale de Mendoza, le jour du Dia … Continuer de lire Autre temps, autres lieux.

Les écrits restent.

Aujourd’hui, par hasard, j’ai eu entre les mains des lettres envoyées dans une famille de Peyrat-le-Château dans les années 45 à 50 par des familles alsaciennes et lorraines réfugiées pendant la guerre. Toutes et tous racontent les privations ici et là-bas, les récoltes, racontées avec un détail presque obsessionnel, qui permettent de vivre et remonter la pente, les maisons détruites dans les environs de Reichoffen … Continuer de lire Les écrits restent.

À Cassino, rien ne va plus.

L’actualité sociale ayant remis hier sur le tapis le Maréchal Juin a remis au goût du jour un pan de mémoire relativement oublié de la Deuxième Guerre Mondiale : la bataille de Monte Cassino, francisée en bataille du Mont Cassin. Je vais garder la prononciation italienne que je trouve plus douce à l’oreille. Et donc, Cassino, qu’es aquò ? La campagne d’Italie. Comme je l’expliquais hier … Continuer de lire À Cassino, rien ne va plus.

Commémorer.

Ces jours-ci, je souhaitais consacrer quelques lignes à l’acte social de commémorer. Depuis le jour de Toussaint (commémoration par la communauté catholique de ses martyrs), en passant par les commémorations de la chute du mur, de l’armistice de 1918 et jusqu’à aujourd’hui, ça me semblait pertinent.Pas facile, en fait. Pas facile, entre autres, quand on était soi-même il y a 4 ans, un parisien parmi … Continuer de lire Commémorer.

J’écris ton nom…

Faute de temps pour moi-même écrire, je me permets de relayer ici ces mots d’Aurélien Bellanger hier matin sur France Culture. La conclusion du 4 septembre, 8h45 Sans doute que la poésie a chanté la geste de la résistance parce que celle-ci opposait à ceux qui sortaient leur revolver quand ils entendaient le mot culture (Goebbels) ceux qui quand on leur proposait de sacrifier au … Continuer de lire J’écris ton nom…