Histony : "La mémoire peut nous voiler la face."

Décidemment, Histony a décidé d’alimenter mes réflexions. Je le soupçonne de me lire en cachette. Voici qu’il publie sur son site, que je vous recommande chaleureusement, un nouvel article riche de réflexions. Un long papier, accompagné d’une longue vidéo de près d’une heure. En ressortent des réflexions fort intéressantes et une notion qui va sans doute me faire le week end : la « suspension de … Continuer de lire Histony : "La mémoire peut nous voiler la face."

Entendre chanter les anges.

En cette avant-veille de Noël, à l’heure de préparer des moments entre proches, je souhaitais accompagner mes vœux pour les fêtes. Entre septembre 1939 et août 1945, six noëls de guerre ont eu lieu. C’est par le jour de Noël 1941 que débute le film Un taxi pour Tobrouk. Les cinq protagonistes y fêtent à leur manière leur noël de guerre, qu’ils soient prisonniers, en … Continuer de lire Entendre chanter les anges.

Après.

Cet article sort avec retard. Quelques fois, les dates ne tombent pas juste avec ce qu’on aurait voulu y faire (voir l’article Commémorer…) J’avais envie, pour le 11 novembre, de jeter un œil outre-Rhin. Je songeais à cet alignement de commémorations successives, en quelques jours, que connaît notre voisin européen : 30 ans de la chute du mur de Berlin ce 9 novembre, mais aussi, … Continuer de lire Après.

L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme.

Le marteau et l’enclume 3/3 Que Victor Hugo me pardonne de lui emprunter ici quelques pieds. J’espère que les miens resteront légers dans la poursuite et la fin de ce feuilleton estival (qui va même finir au solstice d’hiver si je n’y fais pas attention.) À mesure que le territoire métropolitain est libéré commence une des phases les plus passionnantes de la période. Pour les … Continuer de lire L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme.

À Cassino, rien ne va plus.

L’actualité sociale ayant remis hier sur le tapis le Maréchal Juin a remis au goût du jour un pan de mémoire relativement oublié de la Deuxième Guerre Mondiale : la bataille de Monte Cassino, francisée en bataille du Mont Cassin. Je vais garder la prononciation italienne que je trouve plus douce à l’oreille. Et donc, Cassino, qu’es aquò ? La campagne d’Italie. Comme je l’expliquais hier … Continuer de lire À Cassino, rien ne va plus.

Commémorer.

Ces jours-ci, je souhaitais consacrer quelques lignes à l’acte social de commémorer. Depuis le jour de Toussaint (commémoration par la communauté catholique de ses martyrs), en passant par les commémorations de la chute du mur, de l’armistice de 1918 et jusqu’à aujourd’hui, ça me semblait pertinent.Pas facile, en fait. Pas facile, entre autres, quand on était soi-même il y a 4 ans, un parisien parmi … Continuer de lire Commémorer.