Juin ? de quelle année ?

Cela n’aura échappé à personne : lors de l’acte 53 des Gilets Jaunes qui se déroulait samedi, la place d’Italie à Paris a été le lieu d’échauffourées. Manquant d’éléments d’informations, je ne commenterai pas ces évènements, ce n’est pas le lieu, ni mon sujet. Je songe juste qu’un homme a probablement perdu un œil après avoir été touché au visage par une grenade lacrymogène, ce … Continuer de lire Juin ? de quelle année ?

Notes sur « Brève euphorie » : le temps et l’espace.

Le travail sur le feuilleton août septembre 44 continue, mais il me conduit à faire des ajouts ou ouvrir des parenthèses sur ce que j’ai déjà écrit. L’article Brève Euphorie, dans la série Le Marteau et l’Enclume, est ici. La mi-septembre, comme évoquée précédemment, met les alliés face à un dilemme stratégique. Après le repli des troupes allemandes à l’est de la Seine, les forces … Continuer de lire Notes sur « Brève euphorie » : le temps et l’espace.

Le prix fort de la libération

Le marteau et l’enclume 2/3 La période de la libération à l’été 44 regroupe en fait des réalités très diverses. Deux lignes de fronts s’ouvrent sur le territoire français métropolitain, sur deux de ses axes géographiques structurants : Cherbourg, Paris et la plaine centrale européenne – Nord Pas de Calais Benelux Ruhr d’une part (« région par où se font toujours les invasions » , comme le … Continuer de lire Le prix fort de la libération

Brève « euphorie »

Si la défense sur les 3 fronts ouest européens (Normandie puis nord de la France, sillon rhodanien et Italie) coûte cher à l’Allemagne, qui fait aussi face, durant l’été 44, à une offensive soviétique en Biélorussie (Opération Bagration de juin à août) , elle a coûté aussi très cher aux Alliés. Il a fallu plus de deux mois aux Alliés pour sortir de Normandie. Reprendre … Continuer de lire Brève « euphorie »